Actualités





Mali : adoption du Plan d'Action du Gouvernement
Source : APA       Module : Politique       Publié le : 2018-01-25 01:00:00 68 Vues

Le Conseil National de Transition (CNT) a voté, ce lundi, le principal référentiel des politiques publiques. Moctar Ouane tient sa boussole. Le Premier ministre, après avoir présenté vendredi dernier le document devant le Conseil National de Transition, a échangé ce 22 février avec les membres de cet organe législatif. Au terme des débats, le Plan d'Action du Gouvernement (PAG) a été approuvé aujourd'hui par 100 voix pour, 4 contre et 3 abstentions. Dans la foulée, le chef du gouvernement « a remercié les membres du CNT pour leur forte adhésion au document à travers ce vote sans appel ». Selon la Primature, le texte en question comporte 6 axes déclinés en 23 objectifs, adossés à 275 actions à évaluer à travers 291 indicateurs. L'objectif, à en croire M. Ouane, est que « le Mali se redresse et poursuive sa marche en avant ». Parmi les priorités de l'équipe gouvernementale, il y a bien évidemment la question sécuritaire. À cet effet, l'ancien ministre des Affaires étrangères a déclaré que « toutes les régions du Nord et du Centre sont concernées par le processus de Désarmement-Démobilisation- Réinsertion. Aucune région ne sera exclue ».

STAGEIVOIRE VOUS INFORME

Moctar Ouane a aussi fait savoir que les autorités gouvernementales travaillent « à la dissolution des milices (qui) se fera de façon progressive et pragmatique ». S'exprimant sur les moyens à déployer pour un retour de la paix, le Pm a indiqué que « la loi de finances 2021 prend en compte la feuille de route de la Transition dont découle le Plan d’Action du Gouvernement. Ainsi un montant de 310 milliards 920 millions F CFA est prévu pour notre outil de défense ». En outre, le Premier ministre a rappelé que « les réformes politiques et institutionnelles, (qui) sont une demande forte des Maliens, seront menées en étroite collaboration avec les partis et groupements politiques et la société civile ». Enfin, l'ex-conseiller diplomatique à l'Union économique et monétaire ouest-africaine (Uemoa) a précisé que « la durée de la transition est fixée à 18 mois et le président Bah N’Daw a clairement fait part de sa volonté de respecter ces délais ». ID/te/APA